Nuit de la lecture: Flaubert au Collège royal de Rouen, 19 janvier 2023

Jeudi 19 janvier, à l’Hôtel littéraire Flaubert (33 rue du Vieux Palais, 76000 Rouen) à partir de 18h30.
À l’occasion de la Nuit de la lecture, Joëlle Robert présentera l’ouvrage qu’elle a dirigé, Flaubert au Collège royal de Rouen, en présence des auteurs. Cette présentation sera suivie de lectures de textes de et sur Flaubert concernant cette période.
https://www.hotelslitteraires.fr/evenement/flaubert-au-college-royal-de-rouen-par-joelle-robert/

Ce volume, qui porte le numéro 41 des Cahiers Flaubert Maupassant (premier de trois hors-séries recueillant les travaux de l’année du bicentenaire) sera remis ou envoyé aux adhérents à jour de cotisation pour l’année 2022-2023. Rappelons que cette cotisation donne droit cette année à deux numéros des Cahiers, le n°39 qui a été adressé en septembre, et celui qui paraît ce mois.

Assemblée générale du 24 septembre 2022 : bilan moral de l’année 2021

Assemblée générale de l’association des Amis de Flaubert et de Maupassant,
24 septembre 2022

Rapport moral

Vie de l’association des Amis de Flaubert et de Maupassant
pour l’année 2021

Depuis l’année dernière, l’Association des Amis de Flaubert et de Maupassant (ci-dessous AFM) a changé de calendrier : nous sommes passés de l’année civile à l’année scolaire pour le programme des activités (mais pas pour le budget, qui lui reste, annuel). En raison de ce nouveau découpage de temps, la cotisation (inchangée) payée en 2022 sera valable jusqu’en juin 2023.

La particularité de l’année passée, c’est qu’elle a duré 18 mois : elle a inclus toute l’année 2021 et s’est prolongée jusqu’en juin et même en août de cette année. Pourquoi une telle amplitude ? Bien sûr en raison de la commémoration du bicentenaire de la naissance de Flaubert, qui a pris toute l’année civile 2021, et nous avons continué au premier semestre de cette année.

Il faudrait même remonter plus haut dans le temps pour inclure le travail de préparation, qui a commencé très en amont, quand Yvon Robert, alors maire de Rouen, a réuni pour la première fois toutes les institutions et les personnes concernées en mars 2019 pour commencer à réfléchir à l’événement à la fois local, régional, national et international puisqu’avec Flaubert, comme avec Maupassant en 1993 (centenaire de sa mort) et en 2000 (150 ans de sa naissance), nous avons la chance d’avoir un auteur qui a un fort ancrage territorial, par la biographie et par les lieux de l’œuvre, et en même temps une audience mondiale.

Notre programme s’est inscrit dans le vaste ensemble « Flaubert 21 », une coordination fondée par douze collectivités, dont la ville de Rouen, d’autres villes (Canteleu, Ry, Lyons-la-Forêt), la Métropole de Rouen Normandie, la Région Normandie, l’université de Rouen Normandie…

Notre association, qui a une longue histoire avec Flaubert, se devait d’être au rendez-vous historique de la commémoration.

À son niveau, l’AFM s’est investie autant qu’elle a pu, en particulier en participant au Comité scientifique et culturel mis en place par le collectif « Flaubert 21 » et au groupe d’experts, chargés de donner un avis sur chacun des projets présentés, et d’accompagner, de conseiller, dans la durée, les porteuses et les porteurs de projets qui en faisaient la demande.

Tout au long de cette année, les membres de notre association ont répondu à de nombreuses sollicitations des médias, et ils ont collaboré avec toutes les institutions. Un ouvrage collectif a vu le jour, réunissant de nombreux auteurs des AFM : La Normandie de Flaubert, éd. des Falaises, avec quatorze auteurs et des photos d’Éric Bénard (1.000 exemplaires vendus).

Nous avons participé à de nombreux catalogues :

– Dans la tête de Flaubert, catalogue de l’exposition aux Archives départementales de la Seine-Maritime ;

– La Fabrique de l’œuvre, catalogue de l’exposition des manuscrits à la Bibliothèque municipale de Rouen.

À titre individuel, Joëlle Robert a publié Un rêve de Flaubert ; Daniel Fauvel et Hubert Hangar : 3 volumes de Fortune & Infortune des Flaubert et deux guides touristiques et littéraires consacrés à la ferme de Saint-Maclou de Folleville et à la maison de Déville.

Deux journées d’études, avec la participation des AFM, ont été publiées dans la foulée : Hommage à Flaubert, journée organisée par le Consortium des sociétés savantes, et le dernier numéro du Bulletin de la Société libre d’émulation, présidée par Daniel Fauvel.

Tout au long de cette année et demie, nous nous sommes retrouvés à de nombreuses dates et dans des lieux divers :

– au Musée Flaubert le 8 novembre 2021, le jour de la première émission du timbre Flaubert, créé à l’initiative des AFM et pour le dessin duquel nous avons été consultés, et dans ce même lieu le 12 décembre, pour distribuer l’acte de naissance avec les Amis du Musée Flaubert et d’histoire de la médecine ;

– au cimetière monumental le même jour, sur les tombes de Flaubert, puis de Jules Senard, sous la conduite de Jean-Luc Brière ;

– à la bibliothèque patrimoniale Villon pour une journée sur les manuscrits et leur genèse ;

– au Musée national de l’éducation, rue Eau-de-Robec pour l’exposition sur Flaubert au collège, et au centre de ressources rue de Bihorel, tout près de la maison de Louis Bouilhet, pour une journée d’étude sur le même sujet ; exposition et journée placées sous la responsabilité de Joëlle Robert ;

– à la Mairie de Canteleu pour reconstituer la maison de Croisset (Guy Pessiot aux commandes)

– deux fois à Paris pour parler de politique au Sénat, à l’invitation de la sénatrice Catherine Morin-Desailly, qui a joué un rôle majeur dans « Flaubert 21 », et pour parler des rapports Flaubert et des Beaux-Arts, au Musée d’Orsay, ces deux colloques co-organisés avec le Centre Flaubert de l’université de Rouen, dirigé par François Vanoosthuyse, composante du laboratoire Cérédi ;

Et enfin, nous avons couronné l’année par une semaine en Bretagne, organisée par Gilles Cléroux et Hélène Le Fur : il a réuni vingt participants sur une partie de l’itinéraire suivi par Flaubert et Du Camp en 1847.

Les trois journées d’études (Flaubert collégien, politique et Croisset reconstitué) paraîtront à la fin de 2022 et en 2023, sous forme de hors-séries des Cahiers, Flaubert politique également en publication numérique sur le site Flaubert.

Le numéro 40 des Cahiers, disponible le jour de l’Assemblée générale, est entièrement consacré à Maupassant, avec les communications des journées « Histoire d’en rire » (par Catherine Botterel) et « Le Rouen de Maupassant et Maupassant à Rouen », organisée par Guy Pessiot.

Deux informations pour terminer.

En janvier, un petit groupe s’est rendu à Marseille, où était présentée l’exposition « Salammbô », dans un format différent, grâce à Jean-Luc Brière. Marseille, pour tous les flaubertiens, c’est Eulalie Foucault de Langlade et la nuit du 24 octobre 1840, quand le jeune homme revient de Corse. Ça s’est passé à l’Hôtel Richelieu, rue de la Darse, où Flaubert est venu en pèlerinage à chaque fois qu’il est passé par Marseille. Mais impossible de retrouver l’emplacement exact de cet hôtel. C’est maintenant chose faite grâce aux recherches de Myriame Morel-Deledalle, conservateur au Mucem, qui a retrouvé dans les archives l’adresse exacte de l’hôtel : 13 rue de la Darse, qui correspond aujourd’hui à la bijouterie Pellegrin, au 19 rue Francis-Davso.

Cette bijouterie fait partie du patrimoine littéraire concret, physique, comme la tombe au cimetière. Les AFM entretiennent régulièrement la tombe de Flaubert (celle aussi de Maupassant à Montparnasse), parmi nous en particulier Corinne Husson, et Guy Pessiot a conçu un panneau explicatif, posé sur la grille entourant le caveau de la famille Flaubert, qui permet désormais de bien identifier le « carré » Gustave Flaubert, la famille et les proches.

Ajoutons pour terminer que notre site Internet a reçu 308.000 visites en 2021.

Le rapport moral, présenté par Yvan Leclerc, président des AFM, est approuvé à l’unanimité des présents et représentés par des procurations.

Le rapport financier, présenté par Jean-Luc Brière, trésorier des AFM, est approuvé à l’unanimité des présents et représentés par des procurations.


Yvan Leclerc Jean-Luc Brière

Journée avec Thierry Selva, site « Maupassant par les textes »

Samedi 26 novembre 2022

9h30. Accueil, par Yvan Leclerc

9h45. Thierry Selva, Présentation et historique du site « Maupassant par les textes » http://maupassant.free.fr/

10h30. Pause

10h45. Table ronde avec Thierry Selva. Participation de Joël Dupressoir, Francesco Michele de Guido et Michel Tichit

14h30. Paul Paumier, Maupassant sur Internet

Publication et étude récentes

15h15. Thierry Ottaviani, auteur de Maupassant et la Corse (Éditions Maïa, 2021)

16h. Francesco Michele De Guido, docteur pour une thèse sur les Contes du jour et de la nuit

Guy de Maupassant et l’éducation samedi 15 octobre 2022

Journée organisée par Françoise Mobihan

Musée national de l’éducation, 6 rue de Bihorel, Rouen

9h30 Accueil, par Nicolas Coutant et Yvan Leclerc

9h40 Présentation de la journée, par Françoise Mobihan

9h50 Faire ses études au temps de Guy de Maupassant (1850-1893), par Jean-François Condette

10h20 Lettres inédites : quand Laure de Maupassant parle de l’élève Guy (Institution ecclésiastique d’Yvetot, collège du Havre), par Benoit Reverdy

10h50 Maupassant au Lycée Impérial de Rouen, par Bénédicte Duthion

11h20 Pause

11h30 Une dissertation de philosophie du lycéen Maupassant, étude d’un manuscrit, par Yvan Leclerc

12h00 Maîtres et élèves chez Guy de Maupassant, par Françoise Mobihan

13h00 Déjeuner (au restaurant In situ, sur réservation)

15h00 Exposition commentée de manuscrits de Maupassant (Munaé et BM) à la Bibliothèque patrimoniale de Rouen

16h30 Visite guidée du Munaé, 185 rue Eau de Robec

Maxime Du Camp (1822-1894) et la société de son temps, samedi 1er octobre 2022

Journée organisée par Gilles Cléroux

Samedi 1 er octobre 2022, Hôtel des sociétés savantes, 9h30-17h30

9h30. Yvan Leclerc : Accueil
9h40. Gilles Cléroux : Présentation de la journée
9h45. Gilles Cléroux : Portrait(s) de Maxime Du Camp
10h00. Annick Polin : La mission photographique de Maxime Du Camp en Égypte, avec
Gustave Flaubert pour témoin
10h30. Pause
10h45. Daniel Fauvel : Paul-Émile Botta, Gustave Flaubert et Maxime Du Camp
11h15. Frédérique Asklund: Du Camp et Flaubert : querelle sur le statut de l’écrivain dans les années 1850

12h00. Déjeuner

14h00. Lectures
14h15. Guillaume Cousin : La Revue de Paris de Maxime Du Camp : approche historique et littéraire
14h45. Daniel Larangé : Pour une poésie sociale et positiviste : le catholicisme progressiste de Maxime Du Camp (à travers les Chants modernes)
15h15. Pause
15h30. Gilles Cléroux : Situation(s) de Maxime Du Camp
16h00. Lectures
16h15. Mickaël Savchenko : Corps vivants, corps morts : la problématique funéraire dans
Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie dans la seconde moitié du XIXe siècle
16h45. Conclusion

Intervenant.e.s

Frédérique Asklund, professeure de lettres au Collège Léon Delagrange, Neuville-aux-Bois
(Loiret). Auteure d’une thèse en 2006, soutenue à Orléans intitulée Maxime Du Camp et
Gustave Flaubert, deux écrivains au miroir de leur amitié (1840-1893)


Gilles Cléroux, vice-président des Amis de Flaubert et de Maupassant

Guillaume Cousin, université d’Artois, docteur agrégé de l’université de Rouen. Auteur d’une
thèse en 2018, soutenue à l’Université de Rouen Normandie, intitulée La Revue de Paris
(1829-1834) : « un panthéon où sont admis tous les cultes »


Daniel Fauvel, historien, président honoraire des Amis de Flaubert et de Maupassant,
président de la Société libre d’émulation de la Seine-Maritime

Daniel S. Larangé, maître de conférences (Paris 3 Sorbonne-la-nouvelle, McGill University,
Abo Akademie, UPEC), auteur de nombreux ouvrages et articles, spécialiste du romantisme et
de la littérature du XIXe siècle

Annick Polin, chargée de mission au service éducatif du musée des Beaux-Arts de Caen
(2003-2009). Assure depuis 2011 des cours et des conférences dans le cadre des musées de
Normandie

Mickaël Savchenko, traducteur, chercheur indépendant

« L’année du bicentenaire : en guise de bilan », samedi 11 juin 2022

Samedi 11 juin 2022, Hôtel des sociétés savantes, 190 rue Beauvoisine, Rouen

9h30 – 17h

Ce ne sera pas un bilan officiel, mais l’occasion d’une réflexion collective sur l’événement, replacé dans le long terme, en tenant compte des retours du public et en essayant de prendre du recul par rapport à ce qui a été fait.

Matin

9h30. Yvan Leclerc, président des Amis de Flaubert et de Maupassant
Accueil et présentation

10h. Delphine Crocq, directrice de l’Office de tourisme de Rouen
Littérature et tourisme

10h30. Pause (vente de livres publiés à l’occasion de l’année Flaubert)

11h. Valérie Schmitt, chargée de projets édition, Normandie Livre & Lecture, et Stéphanie Carlier, responsable de la communication à Normandie Livre & Lecture
Éditer et lire Flaubert pendant l’année de la commémoration

11h30. Manon Quenehen, responsable lecture-écriture DAAC – Délégation académique à l’action culturelle, Académie de Rouen
Projets d’éducation artistique autour de Flaubert dans les classes

Après-midi

Nouvelles formes de médiation

Tables rondes. Modératrice : Christine Dejou, chef de projet « Flaubert 21 » à la Région Normandie

Table ronde 1

14h30. Lieux patrimoniaux
Canteleu (Annie Lebrun / Caroline Lizer), Ry (Comité Bovary : Claude Fournat), Lyons-la-Forêt (Ariane Dollfus), Blainville-Crevon (Jérôme Bénet)

Table ronde 2

15h30. Théâtre
Jean-Christophe Blondel (Divine Comédie, La Légende de saint Julien l’Hospitalier), Aurélie Dujarrier (Le Safran collectif, Le Château des cœurs et autres textes), Matthieu Farcy (lecture de La Tentation de saint Antoine et d’autres textes)

16h. Numérique
Stéphane Nappez (Baraque Valden, Bowary)

16h30. Télévision
Christian Clères (J’aime pas Flaubert ; Flaubert, c’est qui ?)

Les Flaubert à Croisset. Vie quotidienne et reconstitution (3D) de leur maison détruite. Samedi 21 mai 2022

Amis de Flaubert et de Maupassant

Journée d’études du samedi 21 mai 2022

Les Flaubert à Croisset
Vie quotidienne et reconstitution (3D) de leur maison détruite

Lieu : Mairie de Canteleu, Place Jean-Jaurès, salle des mariages
Horaires : 9h – 12h / 14h15 – 17h. Entrée libre

Matin :
Session modérée par le professeur Yannick Marec

Accueil (Mélanie Boulanger, maire de Canteleu)

Introduction (Yvan Leclerc et Guy Pessiot, organisateur de la journée)

La maison dans la vie privée bourgeoise au XIXe siècle (Michelle Perrot,
historienne)

Architecture domestique ou évolution de la distribution d’une maison
bourgeoise au XIXe siècle (Anne Debarre, architecte et historienne de
l’architecture)

La maison de Flaubert, à Croisset, dans le réseau des maisons d’écrivains
(Bénédicte Duthion, présidente régionale des Maisons d’écrivains)

Midi : Un déjeuner pourra être organisé pour les intervenant(e)s,
organisateur(trice)s et volontaires au restaurant Le Carreau des Halles, du
Marché d’intérêt national (MIN), avenue du Commandant Bicheray.
Menus avec boisson et café compris. Choix entre trois entrées, trois plats et
trois desserts. 23 euros à régler au restaurant. Inscription au repas :
amis.flaubert.maupassant@gmail.com

Après-midi :
Session modérée par Annie Le Brun, adjointe au maire de Canteleu

La propriété des Flaubert, son histoire, sa description, son achat en 1844, son
évolution (Daniel Fauvel, président de la Société libre d’émulation de Seine-
Maritime)

La destruction de la maison en 1881, la distillerie, l’achat du pavillon et les
usines qui vont suivre (Joël Dupressoir)

Les plans et la maquette virtuelle 3D proposés de la maison reconstituée (Guy
Pessiot avec Bertrand Camillerapp, Pierre-Antoine Sahuc, professeurs, et les
élèves architectes de l’ENSA de Normandie)

Conclusion : Le projet de la Métropole à Croisset (Laurence Renou, vice-
présidente Culture de la Métropole Rouen Normandie)

Flaubert et les arts, Musée d’Orsay, 5 mars 2022

« Être œil tout bonnement » : le regard de Flaubert sur les arts

Samedi 5 mars 2022, 10h à 17h30
Musée d’Orsay, Auditorium, 1 rue de la Légion d’Honneur, 75007, Paris

Entrée gratuite mais inscription obligatoire sur le site du Musée d’Orsay, à l’adresse
https://billetterie.musee-orsay.fr/fr-FR/produits?famille=2204138446950406499

10h : Accueil du public

10h15 : Introduction

Session modérée par Scarlett Reliquet (Musée d’Orsay)

10h30
La peinture contre l’imagerie
Bernard Vouilloux, Sorbonne Université

11h15
Le rendez-vous manqué de Bouvard et Pécuchet avec la peinture
Stéphanie Dord-Crouslé, CNRS IHRIM, Lyon

12h
Pause 

12h15
Flaubert savait-il dessiner ?
Yvan Leclerc, Université de Rouen Normandie

13h – 14h30 : Pause déjeuner

Session modérée par Paul Perrin (Musée d’Orsay)

14h30
Gautier, Flaubert et l’art de la statuaire : regards croisés
Martine Lavaud
, Université d’Artois

15h15
« Cinématisme » de Flaubert
François Vanoosthuyse, Université de Rouen Normandie

16h
Pause

16h15
Flaubert, les arts visuels, et l’invention du kitsch
Jennifer Yee, Université d’Oxford

Une vidéo de Sandra Binion, extraite de son projet Distillé, autour de Madame Bovary, sera projetée à la fin de la journée.

Fin du colloque

Flaubert est l’écrivain absolu : celui qui place la « sacro-sainte littérature » au-dessus de toutes les autres formes d’expression artistique, celui à qui il est arrivé de ranger la peinture parmi les arts inférieurs, celui qui, encore, s’est opposé avec constance à l’illustration de ses œuvres, parce que l’image ferme la possibilité d’imaginer.
Pourtant, l’iconographie occupe une place essentielle dans sa documentation d’écrivain, et ses carnets de voyage conservent la mémoire de sa confrontation marquante avec l’art lors de deux séjours en Italie. Il écrit à l’une de ses correspondantes : « Emplissez-vous la mémoire de statues et de tableaux ».
Alors que nul plus que lui n’a tendu la relation entre image visuelle et image mentale, entre tableau encadré et tableau métaphorique, ce colloque interroge la position singulière de Flaubert. Des Orientalistes à Cézanne et à Renoir, cette réflexion prend place dans un lieu qui abrite des œuvres mêlées à sa biographie et à ses thèmes de prédilection. À l’heure du bicentenaire de sa naissance, une phrase énigmatique pourra servir de fil rouge : « J’aime dans la peinture, la Peinture. »

Ce colloque, organisé par les Amis de Flaubert et de Maupassant (président Yvan Leclerc) et le Centre Flaubert (directeur François Vanoosthuyse) du laboratoire CÉRÉdI de l’université de Rouen Normandie, a reçu le label « Flaubert 21 » dans le cadre des manifestations du bicentenaire.

Comité scientifique du colloque
Yvan Leclerc, président des Amis de Flaubert et de Maupassant
François Vanoosthuyse, directeur du Centre Flaubert du laboratoire CÉRÉdI de l’université de Rouen Normandie


Organisation
Yvan Leclerc, président des Amis de Flaubert et de Maupassant
Scarlett Reliquet, responsable des cours, colloques et conférences, musées d’Orsay et de l’Orangerie, Paris

Suivi : Direction des éditions. Graphisme : Direction de la communication. Crédits photographiques : couverture : Paul Cézanne, La tentation de Saint-Antoine, vers 1877, © RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski

« Flaubert, manuscrits et genèse ». Samedi 18 décembre 2021

« Flaubert, manuscrits et genèse »

Dans le cadre du programme : « Flaubert, 200 ans, toujours vivant ! »

Journée en liaison avec l’exposition présentée à la Bibliothèque patrimoniale Villon, « Gustave Flaubert, la fabrique de l’œuvre »

Matinée à l’Hôtel des sociétés savantes, 190 rue Beauvoisine, Rouen

Début à 9h30

Anne-Bénédicte Levollant et Catherine Hubbard : présentation de l’exposition

Yvan Leclerc : Montrer les manuscrits de Flaubert

Joëlle Robert : Premières publications en 1837 dans Le Colibri

Madame Bovary

Jean-Yves Mollier : Le coup de tonnerre de Madame Bovary, édité par Michel Lévy

Anne-Bénédicte Levollant : Une édition pirate de Madame Bovary

Bouvard et Pécuchet

Stéphanie Dord-Crouslé, Bouvard et Pécuchet, work in progress

Après-midi, Bibliothèque patrimoniale Villon

À partir de 14h30 : visite commentée de l’exposition, réservée aux adhérents de l’Association des Amis de Flaubert et de Maupassant.

Inscriptions auprès de Catherine Hubbard : catherine.hubbard@rouen.fr

En fonction des jauges en vigueur : groupe de 12 personnes maximum, au jour de cet envoi.